Le vélo autrement

Initiation à Urlati

 J'ai dit qu'ici tout avait commencé...mais qu'est-ce donc qui a commencé ?

En premier lieu, les sensations.

 

Je n’avais jamais rien ressenti comme dans cette épreuve : les longues descentes rapides m’ont fait découvrir une de mes aptitudes que j’ignorais tout à fait : l'audace, l'absence totale de peur, de retenue. Au contraire, je me sentais comme libéré, exalté, dépassant d’autres concurrents plus prudents. Un plaisir que je n’avais jamais ressenti, excepté dans les descentes à ski (oubliées depuis longtemps). Et de là, mon indulgence pour les longues montées à pousser le vélo … car j’attendais toujours avec impatience la descente suivante. C’est ainsi que le temps a passé… assez vite. (photo) Tout de même 3h13 pour les 36 km, soit 11,19 km/h de moyenne ! Les spécialistes diront sans doute que c'est une moyenne ...ridicule.thurlati3

Mais pourtant, je me posais déjà la question de savoir comment je pourrais attendre jusqu’au mois de septembre pour revivre de pareils instants !

En second lieu, le « miracle » du Challenge Riders Club

 

Consultant les résultats sur la page internet de cette course, j’ai découvert de nombreuses publicités sur le thème du vélo, du VTT. L’une d’elle attira mon attention : le « Riders Club » Je découvris alors qu’il existait un challenge organisé, comprenant 12 courses réparties sur l’année, dont 2 avaient déjà eu lieu. Il me restait donc un choix possible de 10 courses entre juin et octobre. Il me suffisait de m’inscrire à ce « Riders club », ce que je fis instantanément. Ensuite, attendre et .. me préparer pour la prochaine compétition qui aurait lieu à Topoloveni le 18 juin. La course du MTB Câmpina n'avait alors plus beaucoup d'importance à mes yeux.thurlati2

Comme je l'ai déjà constaté, ce qui me manque le plus en compétition, c’est de la force dans les côtes. C’est un point que je voudrais améliorer. Je décide donc de modifier mon plan d’entrainements : une fois par semaine, je m’entrainerai entre Câmpina et Cornu, un parcours beaucoup plus difficile que le parcours habituel, avec 2 côtes assez sévères à grimper 3 ou 4 fois.

Lire la suite : le printemps 2016