Le vélo autrement

Bilan 2016/2017

Bilan de 2 années de VTT

 Qui dit bilan dit chiffres. Commençons donc par quelques chiffres significatifs. Au cours de ces 2 années, j'ai parcouru, sur route, environ 5700 km au cours de mes 149 sorties : 2700 km en 144 heures, pour 67 sorties, en 2016 et 3000 km en 165 heures, pour 82 sorties, en 2017. A cela, il convient d'ajouter les entrainements "indoor" comptant 125 heures en 2016 pour 60 en 2017. Tous ces chiffres ne prouvent pas grand chose. Le seul élément intéressant est la vitesse moyenne obtenue lors des compétitions : 5 min 30" au km en 2016 pour 4 min 56" au km en 2017. Pour que ces chiffres soient réellement probant, il eut fallu que les compétitions soient identiques, d'une année à l'autre, ce qui n'est pas le cas, évidemment. th07 paulesti

Il y a d'autres critères disponibles, comme les points obtenus dans toutes les compétitions du challenge "Riders Club", ce qui représente 18 courses sur les 24 auxquelles j'ai participé. Il existe 2 types de classement au R.C. : le classement "activité" et le classement "performance".

thactivLe premier est basé, sur la participation -ou non- à une course, mais avec la possibilité d'augmenter le capital "points" d'après le temps réalisé : 1 point, si l'on a obtenu un résultat qualifié de "bronze"; 2 points si le résultat est "argent" et 3 points s'il est "or". Comme j'ai participé à 18 courses en tout, cela me fait automatiquement 18 points. Mais j'ai obtenu aussi 7 fois la médaille d'argent, ce qui me fait 7 points en plus. J'ai aussi réussi une fois la médaille d'or, ce qui me fait encore 2 points supplémentaires. Au total, cela me fait 27 points, ce qui me classe en 5ème position dans ma catégorie, juste derrière Serghei (28 pts) et Dragos (33 pts) . Ce qui est à souligner ici, c'est la relative progression de mes résultats : 6 médailles de bronze et 3 d'argent en 2016 pour 4 de bronze, 4 d'argent et une d'or en 2017. Mais bien entendu, toujours avec la remarque que les courses n'ont pas été identiques en 2016 et 2017, loin s'en faut !         th07 calara

Le second critère, "performance", est basé sur une formule de calcul pour chaque coureur, une formule impossible à déchiffrer... il faut donc faire confiance à l'organisateur. De toutes façons, une règle est claire : plus on se rapproche du premier classé et plus on obtient de points. Le classement tient compte de toutes les courses de l'année et on peut donc l'améliorer à chaque participation. Dans ce classement, je me situe en 9ème position, mais très loin des premiers, ce qui est normal et ne m'intéresse donc que très peu car je n'ai aucun espoir de rivaliser un jour avec eux pour une simple raison : notre catégorie comprend tous les coureurs de plus de 50 ans : aucune distinction n'est faite avec ceux de 60 ans... et encore moins ceux de 70 ! thperf

Toujours à propos de chiffres, je faisais tout au début de mon histoire, sur la page du "Riders Club", le bilan de participation pour les 4 premières années du club, soit de 2013 à 2016. Un bilan très positif et qui laissait supposer une progression continuelle. Malheureusement, l'année 2017 fut une année catastrophique, au point de vue du climat. De nombreuses périodes de pluie ont succédé à d'autres périodes de canicule, ce qui fait que beaucoup de  courses ont été reportées, annulées voire modifiées. De là, le taux de non-présentation ou d'abandon des coureurs est énorme. Il reste toutefois que 3198 courageux ont quand même participé aux 9 épreuves de cette année. Un chiffre à peu près égal à celui de 2013, la première année du "Riders". Il faut encore ajouter à cela les 2 épreuves "spéciales" : le "MTB Academy" et le "4 Day Epic" , réservées aux élites où 131 d'entre elles se sont affrontées. Nous espérons tous que 2018 sera une année bénie des dieux....    

Un élément essentiel d'une bonne progression dans n'importe quel sport, c'est l'entrainement. Je ne comprends pas encore pourquoi il m'a fallu aussi longtemps pour comprendre que l'entrainement qui me ferait progresser en côte, c'était l'entrainement en côte. J'ai donc perdu plus d'une année à m'entrainer le long de la grand route, sans aucune autre difficulté que la côte de Banesti (500 m) et celle de Cornu (1 km) . Tout à coup, fin juillet 2017, je me suis rendu compte qu'il y avait aussi des montagnes tout autour de chez moi et j'ai enfin commencé à m'y entrainer. Certains circuits m'ont ainsi entrainé sur des routes avec des différences d'altitudes de 600,700,800 mètres. Je devrai naturellement commencer par là en 2018.      thcali8

Laissons les chiffres de côté et voyons maintenant les sensations. On se rappelle sans doute mes lamentations, l'année dernière, sur le poids de mon VTT : beaucoup trop lourd pour les "push-bike" et mes faibles bras. Le problème a été réglé facilement : mon nouveau vélo, le Psycho Path, pèse 9,1 kg (contre 15 pour le Ferrini) et cette différence est énorme. Par contre, il n'a qu'un seul plateau de 34 dents et même avec 11 vitesses, c'est un peu trop peu à plat et en descente et un peu trop en côte. L'avantage obtenu par le poids plus léger du vélo est donc diminué par ce handicap en côte, à plat et en descente. C'est pourquoi j'ai demandé des modifications au mois de septembre. Pour l'instant, j'ai 2 plateaux (24/38) avec 10 vitesses mais sans le Di2. Au mois d'avril l'année prochaine, je pourrai remettre 11 vitesses, avec Di2 et 2 plateaux (peut-être 22/40) . th01 cernica

En dehors de ces inconvénients, il est indéniable que ce vélo m'ait apporté un  avantage de vitesse et que cela ait dû se traduire obligatoirement dans les résultats. Je ne peux pas oublier non plus les quelques cours pris pendant l'été avec Marc Sandu. J'applique ses recommandations de plus en plus aisément et fréquemment. Elles m'ont apporté un plus de sécurité, d'assurance, de facilité dans les passages difficiles. Par exemple, les passages boueux ne m'effraient plus du tout et je l'ai prouvé lors de la dernière course de Moara Vlasiei. Il me faudrait toutefois un peu plus de concentration pour mieux anticiper, prévoir ce qui va arriver.

En ce qui concerne les côtes, j'ai bien la sensation de grimper mieux qu'avant mais cela demande encore confirmation plus nette.

Je fonde évidemment mes espoirs sur la prochaine saison pour encore m'améliorer car je pense ne pas encore avoir atteint le maximum de mes possibilités. Si ma santé me le permettra, je suis déjà prêt pour la saison 2018. J'attends son calendrier avec impatience.  

Retour au menu principal